UNE TERRIBLE EPREUVE

UN CHAGRIN INFINI 


_______________________________________________________________________________________

Je t'en supplie, reviens

Je t'en supplie, reviens,
Rien qu'une seule fois
Juste pour te serrer encore contre mon coeur
A peine une seconde, retrouver ton odeur 
et le son de ta voix.
J'ai tout oublié.
Ne me restent que la souffrance, le vide et l'absence.
Le reste de ma vie qui s'écroule
et mon désespoir qui s'écoule 
Grain par grain dans le sablier cruel du temps.
Combien d'années encore à t'espérer? 
Séparée de toi, je me voûte un peu plus chaque jour sous le poids.
Je fais face comme je peux, tu serais fier de moi
Rien qu'en fermant les yeux...
Ô mon Dieu par pitié, redonnez le moi
juste un peu
Qui s'en apercevra?
Je suis à bout de patience, la blague ne m'amuse plus
L'espace d'un instant, 
je veux tes yeux noyés dans les miens 
emplis de bonheur et non plus de larmes.
Je veux t'entendre murmurer mon nom, 
te sentir comme un animal va sentir son petit,
m'imprégner de toi à tout jamais. 

Même pas une seconde... 
Je te serrerai si fort que nous ne ferons plus qu'un, 
comme autrefois.
Cela me suffira, ne t'inquiète pas.
Cette fois je ne te laisserai pas t'envoler
Mon petit coeur d'amour, mon trésor, mon ange
S'il le faut, qui s'en apercevra?
je partirai avec toi
Tu sais au fond de moi
Je n'attends plus que ça    
                                    
                                                                                      STME


_______________________________________________________________________________________

13 décembre  LA CEREMONIE DE LA BOUGIE


Chaque année, le deuxième dimanche de décembre a lieu la cérémonie de la bougie organisée par The Compassionat Friends of USA. À cette occasion, nous allumerons une bougie à 19 h (heure locale) et en la laissant brûler pendant une heure.

Cette vague de lumière en mémoire de nos enfants disparus se répandra dans tous les coins de la planète durant 24 heures.

_______________________________________________________________________________________

LA CULPABILITE

La personne endeuillée est alors portée à se faire de reproches du genre :

«Pourquoi ne lui as-tu pas parlé avant qu’il ne parte ? …Tu aurais dû lui dire plus souvent que tu l’aimais… Pourquoi ne t’es-tu pas réconcilié avant qu’il ne meure ?…Tu aurais dû en prendre soin davantage… Tu as été stupide, regarde comment tu as agi… »

Souvent la personne endeuillée a tendance à se comparer aux autres :

«Regarde comme elle est courageuse, elle ne fait pas d’histoires elle… Si tu avais été prévoyante comme ton mari te l’avait dit, ça ne serait pas arrivé… etc. » 

Ce genre de dialogue intérieur est très épuisant. Il ronge les forces et fait qu’à la fin on s’accuse de s’accuser. Il crée même de petits états dépressifs. 

Il arrive souvent que la culpabilité obsessionnelle provienne de ce que l’on n’a pas dit tout ce qu’on avait sur le cœur à la personne disparue. Le non-dit se retourne contre soi et se fait accablant. A d’autres moments, on est tellement épuisé, (…) que l’on ne peut supporter la charge émotive du deuil. Des frissons nerveux parcourent le corps, comme des mouvements d’anxiété. 

La culpabilité existentielle est, au contraire, l’acceptation du fait d’être des humains limités, avec des faiblesses, des défauts et la capacité de faire des erreurs. 
Le grand remède à la culpabilité obsessionnelle, c’est de se reconnaître démuni, impuissant, faible devant les malheurs qui dépassent les forces humaines. En un mot, c’est «accepter les limites humaines».

Jean Monbourquette.


Victor HUGO (1802-1885)


 

Demain, dès l'aube...

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.



Continuer de croire... 

Alors que je ne sais plus où j'en suis. 
En la vie, en l'Homme.
En Dieu...

Continuer d'avancer malgré sa douleur 
Et se reconstruire

Etre le parent que notre enfant a aimé

Puis, porté par son amour,
Arriver à nous dépasser

Pour devenir meilleur...



"Voilà, j’arrive à la fin de ma vie, donc la ronde va se terminer. . . Dans un sens, je vais lâcher la main de mes soeurs et de mes frères qui sont sur la terre, mais pour quoi vais-je la lâcher ? Je pars dans la lumière, je pars en éclaireuse ! Je pars pour continuer à les aimer, dans la lumière du Seigneur. Je pars donc en continuant à les aimer. Car, dit la Bible : L'AMOUR EST PLUS FORT QUE LA MORT et les grandes eaux ne peuvent éteindre l’amour."

                                                                                                                                                                   SOEUR EMMANUELLE

LA PERTE DE SES REPERES

La vie est la vie 

La vie est beauté, admire-la
La vie est félicité, profites-en.
La vie est un rêve, réalise-le.
La vie est un défi, relève-le.
La vie et un devoir, fais-le.
La vie est un jeu, joue-le.
La vie est précieuse, soigne-la bien.
La vie est richesse, conserve-la.
La vie est amour, jouis-en.
La vie est un mystère, pénètre-le.
La vie est une promesse, tiens-la.
La vie est tristesse, dépasse-la.
La vie est un hymne, chante-le.
La vie est un combat, accepte-le.
La vie est une tragédie, lutte avec elle.
La vie est une aventure, ose-la.
La vie est bonheur, mérite-le.
La vie est la vie, défends-la.

 

Le bonheur

Le bonheur, c’est tout petit.

Si petit que, parfois, on ne le voit pas.

Alors on le cherche, on le cherche partout.

Il est là dans l’arbre qui chante dans le vent.

Dans le regard de l’enfant.

Le pain que l’on rompt et que l’on partage.

La main que l’on tend.

Le bonheur, c’est tout petit.

Si petit, parfois, qu’on ne le voit pas.

Il ne se cache pas, c’est là son secret.

Il est là, tout près de nous, et parfois en nous.

Le bonheur, c’est tout petit.

Petit comme nos yeux plein de lumière.

Et comme nos cœurs plein d’amour !



                                                  Mère Thérésa



Des lanternes célestes
pour envoyer un message...